Qu’est-ce que la charge mentale administrative ?

Chez Admin4b, nous vous proposons toute la palette de nos services afin de vous libérer de la charge mentale administrative. Mais qu’est-ce que c’est au juste ?

Commençons par le commencement avec la définition de la charge mentale : c’est l’ensemble des sollicitations du cerveau pendant l’exécution d’une tâche. Plus concrètement, ma définition de la charge mentale c’est tout cet ensemble de choses à faire qui ressemble à une interminable to-do list pleine de to-do list à l’intérieur et qui semble apparaître dans votre cerveau au moment où ça vous arrange le moins. Par exemple : « tiens, faut que je pense à la photocopie de ma carte d’identité pour le formulaire A38 » pendant que vous êtes en rendez-vous.

La charge mentale administrative quant à elle, peut être professionnelle ou personnelle. Voyons ça ensemble.

La charge mentale administrative professionnelle

Si nos gouvernements successifs nous parlent de simplification à longueur de journée, c’est bien parce que la création administrative d’une activité professionnelle ressemble la 8e épreuve des 12 travaux d’Asterix : Obtenir le laissez-passer A 38 dans la Maison qui Rend Fou.

C’est en partie dû à l’indénombrable quantité d’interlocuteurs possibles : Le CFE, mais peut-être aussi la CMA et puis sur le formulaire il faut choisir : auto-entreprise, SAS, GIEC, SCOP, mais aussi le statut d’imposition… rien que les mots sont encourageants pour le choix de la TVA : Réel ? Réel normal ? Réel simplifié ? … on est d’accord que s’il faut choisir entre « normal » et « simplifié » c’est bien que la normalité n’est pas simple !

Puis au cours de votre activité, quels que soient ces choix, cette gestion administrative continue. Que les échéances soient mensuelles, trimestrielles ou annuelles, il y a toujours quelque chose à déclarer. Même à néant. SIC.

Asterix Légionnaire René Goscinny et Albert Uderzo – 1967

Lorsque ces déclarations (et toute la to-do list qui va avec), vous préoccupent pendant votre rendez-vous client, vous êtes en train de subir une charge mentale administrative. Il en va de même pour votre équipe. Si pendant le rendez-vous technique, Martin s’inquiète de ne pas avoir rempli sa note de frais à temps, il perd en efficacité à cause de la charge mentale administrative.

La charge mentale administrative à la maison

Bien sûr que vous êtes capable de compléter le dossier d’inscription à la colo de Martin junior, c’est d’une simplicité déconcertante. Ce n’est pas la difficulté de la tâche qui vous rebute… mais se demander où se trouve le carnet de vaccination (dans le carnet de santé… mais où est-il lui ?) pendant que vous choisissez la composition du plateau de fromage, ça c’est de la charge mentale administrative.

Et même si ça vous rebute ! même si ça vous semble insurmontable de compléter ces formulaires, vous avez le droit ! Je vais vous dire un secret qui n’en n’est pas un : Nous on kiffe l’administratif. Et les gens nous trouvent bizarres. Et bien, l’inverse n’est pas vrai. La spirale de la procrastination et l’angoisse peuvent apparaître très rapidement, pour peu qu’un événement nécessite une démarche administrative. Si ce n’était pas le cas, on n’aurait pas à « passer en priorité » des demandes de passeport, des convocations juridiques etc…

Ne pas en arriver à la phobie administrative

Bon, j’espère que Thomas Thévenoud ne va pas nous demander de retirer ce titre… figurez-vous qu’il a déposé le nom à l’INPI en 2014 (1). Pour quelqu’un qui n’aime pas la paperasse… un dépôt de marque relève au moins du niveau expert.

Sérieusement et sincèrement, les risques peuvent être importants quand on est face à la montagne de l’administratif. Que ce soit pour gagner en productivité, en temps, ou pour éviter des relances, des impayés, ou encore des majorations, vous libérer de la charge mentale administrative est une bonne opération. Alors autant confier ces missions à des gens bizarres.

(1) https://www.franceinter.fr/economie/peut-on-quand-meme-utiliser-la-marque-phobie-administrative-meme-si-thomas-thevenoud-l-a-deposee-a-l-inpi